galerie de peinture
galerie peinture
galerie virtuelle
galerie d’art
galerie d’art virtuelle
galerie virtuelle d’art contemporain
galerie de tableaux
exposition virtuelle
exposition galerie virtuelle
prix atelier
tableaux
vente tableaux
vente de tableaux
vente à prix atelier
ventes à prix atelier
tableaux vente
Revue de presse
Datanews J'ai deux passions : l'informatique et la peinture

Nicolas Rolland manie le pinceau comme un maître. Pas celui d'un logiciel de retouche de photos, non non, celui que l'on trempe dans la peinture, qui glisse sur le papier, que l'on nettoie après utilisation. Agé de 24 et consultant à Datavance depuis deux ans, Nicolas Rolland, est informaticien ET artiste. "Mes débuts ont été assez classiques", avoue-t-il timidement. "Comme tous les enfants, j’ai commencé à dessiner, dès que j’ai été en âge de toucher un crayon. Les compliments et encouragements de mon entourage m’ont incité à poursuivre".

Dès le primaire, il suit des cours auprès d'un peintre-graveur à Albi, près de Toulouse. Au collège, c'est chez un aquarelliste qu'il fera ses classes. "Là aussi, on travaillait sur des reproductions, mais c’était beaucoup plus technique", explique ce fan de Zao Wou-ki. Viennent ensuite les années de dessin pur et dur à Toulouse et la toute première consécration, en 2004 : une véritable exposition personnelle, dans une rue piétonne, à deux pas de la place du Capitole. C'est la même année qu'il vient s'installer à Paris, avec son épouse. "Evidemment, il a fallu revoir nos ambitions à la baisse… Dans le sud, j'avais un véritable atelier. Maintenant nous sommes dans un 1Pièce. Il est assez spacieux mais n’est tout de même pas très pratique," rigole-t-il en ajoutant : "Enfin, j’essaie de peindre proprement, je range mes pots après et puis c’est tout !" Et c'est ainsi deux soirs par semaines et une bonne journée chaque week-end. Plus ses visites dans les galeries où il expose*.

Les rationnels sont curieux de savoir combien de temps il met à peindre une toile. L'artiste est incapable de répondre, car cela dépend du format, de la technique, du sujet... "Je dirai qu'un abstrait de 50 sur 30 cm, peut me prendre 5, 6h alors qu'une toile réaliste du même format, 20 à 30h", concède-il. Sans oublier le temps pendant lequel il pense, visualise sa prochaine œuvre. "Je ne suis pas dans le genre -je me lâche sur une toile- j'attache beaucoup d'importance à la technique. Je mûris mes idées".


* Nicolas Rolland sera exposé au Salon d'art contemporain de Montichiari (Italie) du 28 septembre au 1er octobre 2006 et à Paris, dans le 2è arrondissement, XX rue Saint Augustin, du 6 octobre au 15 décembre. Vous pouvez voir ses œuvres sur son site : http://www.galerie-de-peinture.fr/

Laure Gnagbé

septembre 2006

paru dans la datanews - 4ème trimestre 2006
FR EN ES

Galerie de peinture

Nicolas Rolland


nrolland@galerie-de-peinture.fr
+33 (0)6 50 11 36 56